Premier lauréat de la seconde édition du concours « J’agis pour réduire », Thomas Lachaniette s’est vu remettre le Grand Prix du jury pour son projet « Galopaintes », la production d’une bière artisanale et locale brassée avec des invendus de pain.

La production de 2 000 litres de bière permet de valoriser 190 kg de pain, soit 760 baguettes.

Comment ce projet a vu le jour ?

Ingénieur en agriculture de formation, j’ai appris pendant mes études comment produire des produits agricoles de tous types avant de travailler pendant 10 ans dans le milieu du vin et des spiritueux. À titre personnel, j’étais affolé par les chiffres du gaspillage alimentaire. 30% de la production alimentaire mondiale est jetée ou dégradée à une étape. Et le 1er aliment gaspillé est le pain, suivi des fruits et légumes. Je souhaitais monter un projet qui puisse valoriser au moins l’un de ces produits. Le gaspillage étant local, il fallait que la solution le soit également. En Charente, il n’existait aucune bière au pain. C’était donc une opportunité de se lancer.

Comment est-elle produite ?

J’ai sollicité la brasserie La Débauche à Angoulême qui a adhéré à l’idée et accepté de réaliser le brassage de la bière. Dans un premier temps, il nous faut trouver la meilleure méthode pour traiter le pain. Nous nous sommes lancés avec une recette de bière blonde. Après trois essais de brassage, le dernier est plutôt concluant avec l’utilisation d’un gros broyeur de pain, le « Crumbler ». Notre ambition est de créer une bière artisanale de qualité, locale, anti-gaspi, dans une logique d’économie circulaire où les invendus des uns deviennent des ressources pour les autres, et avec une dimension sociale.

Quelles quantités de déchets cela permet de réduire ?

40% du malt est remplacé par des invendus de pain. Pour 2 000 litres de bière, c’est 190 kg de pain utilisés, soit l’équivalent de 760 baguettes revalorisées. Sans compter que le pain utilisé remplace l’utilisation de 190 kg de grains de malt. Les Galopaintes sont composées exclusivement de malt, de pain, de houblon et de levures.

Où récupérez-vous le pain ?

Pour le dernier brassage, 90 kg de pains invendus ont été fournis par 3 boulangeries d’Angoulême et 2 de Cognac. Et 100 kg provenaient de la Banque Alimentaire, l’acteur du territoire qui agit le plus sur le gaspillage alimentaire avec une dimension sociale. Des partenariats qui vont dans le sens de ce que je souhaite faire de Galopaintes, c’est-à-dire un projet à impact environnemental et social.

Qu’allez-vous faire avec le prix « J’agis pour réduire » ?

Le chèque de 5 000 € va permettre d’acheter le broyeur de pain le plus adapté et le plus efficient pour le process de fabrication de la bière. Un élément clé pour la production !

Des projets à venir ?

L’idée est de développer deux nouvelles recettes, une bière ambrée et une bière blanche. Ce qui permettra d’avoir la première gamme de bière au pain en Charente et ainsi de répondre à un maximum de demandes.

Où peut-on retrouver les bières ?

Dans des boulangeries, des bars… en Charente et Charente-Maritime. La liste est disponible sur notre site internet . Si de nouveaux distributeurs sont intéressés par la démarche, ils peuvent nous contacter !


Site internet Les Galopaintes
Coordonnées : Les Galopaintes, Krysalide, 70 rue Jean Doucet 16470 Saint-Michel
Contact : Thomas Lachaniette
Téléphone : 06 88 71 24 88
Mail : thomas@galopaintes.fr