Loïc et Vanessa Brecq, artisans boulangers, ont repris, il y a 11 ans, l’établissement La Fromentière de Cognac. Le couple privilégie les circuits courts et participe à la valorisation de ses déchets ; une démarche personnelle qu’ils retranscrivent dans leur activité professionnelle. Vanessa Brecq nous explique comment.

C’est une question de volonté au début et d’habitude après.

Vous avez recours à la collecte des biodéchets. Comment vous est venue l’idée et pourquoi ?

Nous traitons nos déchets domestiques quotidiennement et c’est tout naturellement que nous avons appliqué cette philosophie de vie personnelle au travail. Nous avons adhéré immédiatement à la collecte des biodéchets après avoir été démarchés par Calitom, et ce, pour nos 3 établissements.

Concrètement, comment organisez-vous cette collecte au sein de vos établissements et que retrouve-t-on dans vos biodéchets ?

Chaque laboratoire est équipé de 3 containers : un pour les produits recyclables, un pour les ordures ménagères et un pour les biodéchets, où sont affichées les consignes de tri. Nos biodéchets comprennent des découpes de gâteaux, des épluchures de fruits et de légumes – qui profitent à nos poules et à celles de nos salariés- et des essuie-mains.

Comment cette nouvelle organisation a-t-elle été perçue par vos équipes ?

Nos 30 salariés ont plutôt bien accueilli la démarche, sachant que la plupart était déjà sensibilisée à la réduction des déchets. Ils se sentent concernés par la démarche car quand ils ont une question sur un déchet, ils se mettent directement en relation avec le référent pour l’appliquer immédiatement. Faire les bons gestes leur tient à cœur et les consignes sont souples.

Quel bilan faites-vous après plusieurs mois de pratique ?

Avant la collecte des biodéchets, nous étions équipés de 3 containers et produisions un total de 600 litres de déchets 2 fois par semaine. En séparant les déchets alimentaires, nous ne présentons plus qu’un seul container de 120 litres d’ordures ménagères ! Financièrement, la collecte nous coûte deux fois moins cher aussi en ramassage. Avant, notre facture s’élevait à 4 000 € par an alors qu’elle est maintenant de 900 €. Nous sommes donc très satisfaits.

Comment luttez-vous contre le gaspillage alimentaire ?

Tout d’abord, nous privilégions la qualité des produits locaux et ajustons notre production journalière. Nous proposons à nos clients des poches de viennoiseries de la veille, ou des poches de pain dur pour les animaux, à petits prix. Nous transformons également les croissants et pains aux chocolats invendus en croissants et pains au chocolat aux amandes…

Quels projets à venir ?

Nous réfléchissons à une alternative aux couverts en plastique qui sont désormais interdits. Il faut prendre conscience de l’urgence de la situation par rapport à la réduction des déchets et à l’utilisation des choses. Cela n’a rien de compliqué en soi, c’est juste une question de volonté au début et d’habitude après.


Voir le site internet de la Boulangerie la Fromentière
Coordonnées : Boulangerie La Fromentière, 191 avenue Victor Hugo, 16100 Cognac
Téléphone : 05 45 36 50 50
Adresse mail : fromentiere.cognac@orange.fr