Place du Palet à Angoulême se trouve La Drôle d’Epicerie, un magasin généraliste de proximité qui conjugue vente en vrac, produits issus de circuits courts et bon sens. Une formule qui répond à une attente en plein développement. Pauline BOISSIERE et Raphaël GUERREIRO nous font partager leur état d’esprit.

Pas d’emballage, chacun apporte ses propres boîtes ou sacs.

Qu’est-ce que la Drôle d’Epicerie ?

La Drôle d’Epicerie : c’est l’idée d’un lieu hybride composé, pour le moment, d’un commerce de vente en vrac, qui sera très bientôt complété d’un salon de thé et d’espaces de coworking. L’esprit général, c’est la rencontre, le partage…

Comment vous est venue l’idée d’ouvrir une épicerie de quartier ?

Nous avons d’abord choisi de changer notre alimentation, de cesser les produits industriels pour des aliments issus de l’agriculture biologique. Mais nous observions beaucoup de déchets, d’emballages… ce qui ne nous satisfaisait pas, d’où l’envie d’ouvrir un lieu atypique et citoyen répondant à ce besoin. Nous voulions aussi prouver que l’on peut manger bien et pas cher.

Quels produits peut-on trouver et comment sont-ils vendus ?

On y trouve toutes les denrées alimentaires courantes : de la farine, du chocolat en poudre, à
fondre ou à croquer, du yaourt vendu à la louche, de l’huile, des céréales, du café, des légumes, des pâtisseries… ainsi que du savon, des brosses à dent, de la lessive… Près de 500 références qui ont été développées au gré des besoins de nos clients. Comme il n’y a pas d’emballage, chacun apporte ses propres boîtes ou sacs ou utilise les bocaux récupérés mis à disposition.

D’où viennent les produits que vous proposez ?

Nous nous approvisionnons auprès d’une plateforme répondant à nos recherches de proximité et auprès de nombreux producteurs locaux, associations et chantiers d’insertion, dont une quinzaine de charentais… Au plus loin, les produits viennent de pays limitrophes. Le riz, par exemple, est issu d’exploitations françaises ou italiennes.

Quels sont vos clients ?

Pas que des convaincus. Au contraire, des habitants du quartier, de jeunes travailleurs,
des étudiants… avec qui nous établissons une autre relation que celle entretenue dans une
franchise, car l’épicerie a aussi pour vocation de créer du lien social. Nous discutons sur nos pratiques sans jugement.

Comment a été perçu le projet ?

Le fait que nous nous soyons constitués en société coopérative a apporté un regard différent sur le projet. En 2017, nous avons été lauréats de l’appel à projets « économie sociale et solidaire » ouvert par GrandAngoulême qui nous a apporté un appui financier et ouvert des portes supplémentaires.

Quels souhaits formulez-vous
pour cette nouvelle année ?

Que d’autres projets alternatifs voient le jour. Nous sommes fréquemment sollicités et questionnés sur notre expérience. Nous pensons que les bonnes idées doivent être multipliées.


Voir la page facebook de la Drôle d’Epicerie
Coordonnées : La Drôle d’Epicerie, 10 place du Palet, 16000 Angoulême
Téléphone : 05 16 09 87 21
Adresse mail : hello@ladroledepicerie.fr