Lauréat du Grand Prix « J’agis pour réduire », la Loco Bio à Chalais assure la distribution de produits alimentaires, d’hygiène, de santé… issus de l’agriculture biologique, et travaille sur la diminution des déchets d’emballage. Pour poursuivre son action, l’équipe du magasin souhaite aller plus loin dans la démarche.

Chaque semaine, environ 357 sacs en papier sont utilisés en magasin.

Comment fonctionne la Loco Bio ?

Nous sommes une société coopérative qui a vu le jour en 2016 pour reprendre la suite d’une petite biocoop, avec l’historique d’une coopérative de producteurs et de consommateurs. Nous sommes une équipe de 5 personnes à y travailler : Camille Benabent, Juliette Pichon, Sylvie Guillet, Sophie Haclin, Yohan Chasteliers, et jusqu’à très récemment Stéphane Traumat. Nous fonctionnons avec 62 coopérateurs, qui détiennent une part du magasin, et qui viennent régulièrement nous aider. La Loco Bio est gérée collectivement. Toutes les décisions importantes sont prises en assemblée générale. C’est une entreprise citoyenne, avec le souci de trouver un juste équilibre entre nos prix d’achat, nos frais et les prix de vente que l’on essaie d’adapter aux revenus moyens locaux.

On y trouve des produits locaux,
bio, éco-responsables ?

Nous proposons des produits alimentaires, d’hygiène, de santé… bios et locaux lorsque c’est possible ou en achat direct, sans intermédiaire. L’idée est de valoriser le lien avec les producteurs, l’échange humain. Nous sélectionnons aussi les produits en fonction des modes de transport (pas en avion), de production (jamais en serre chauffée)… et en nous adaptant entre les demandes de nos clients et ce que nous pouvons proposer de plus éthique.

Vous essayez de réduire
un maximum les déchets ?

A plusieurs niveaux. Déjà par une sélection rigoureuse des fournisseurs en fonction des emballages qu’ils proposent (gros contenants, papiers, kraft…) ou qu’ils acceptent de changer ou encore pour certains de reprendre. Il nous arrive d’arrêter d’acheter certains produits. Le plus gros problème, c’est que le plastique est le mieux adapté pour conserver les produits. En changeant pour d’autres, nous devons donc gérer nous même les problèmes de stockage et de conservation. C’est beaucoup de travail. Nous faisons aussi tout un travail de sensibilisation auprès de nos clients à la réduction des déchets. Par exemple, pour réduire l’utilisation des sacs en papier, nous avons mis en place un bar à bocaux gratuits. Les clients peuvent en déposer ou en emprunter gratuitement pour leurs achats en vrac. Ça permet de faire changer les habitudes progressivement. Nous avons également organisé une exposition militante sur le sujet, avec distribution de sacs en tissu vrac gratuits.

Quelles actions avez-vous mis en place avec le prix obtenu ?

Pour continuer à développer les achats en vrac, nous avons fait l’acquisition de nouveaux distributeurs. Ce qui nous a permis d’élargir la gamme de produits proposés et de réorganiser le rayon. Nous nous sommes également procurés auprès de l’association régie urbaine d’Angoulême des sacs en tissu réutilisables que nous proposons aux familles. En parallèle de ces achats, des ateliers couture pour fabriquer ses propres sacs avec du tissu recyclé ont été organisés en collaboration avec le Centre Social de Chalais. Pour le stockage, nous avons en projet d’acquérir une seconde chambre froide qui favorisera l’achat dans des emballages produisant moins de déchets. C’est un travail expérimental. Nous évoluons progressivement avec nos clients.


Coordonnées : La Loco Bio, 8 avenue de la Gare, 16210 Chalais
Téléphone : 05 45 78 67 44
Adresse mail : lalocobio@gmail.com